Vent de mort (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vent de mort (libre)

Message par Peter Ice le Ven 30 Avr - 13:50

*Peter Ice.. Pourquoi ton coeur demeure aussi gelé envers les infiniens ? N'étais tu pas un être un infinien toi aussi? *

la voix dans la tête le tira du sommeil . Il n'était pas fou , comme on pourrait le croire. Non c'était bien son loup qui s'adressait à lui, par le biais de la pensée. Il plongea son regard de glace dans les yeux de l'animal : le même regard avec la même expression.

«  Et toi pourquoi ne te mélanges tu pas plus avec les autres loups? »


Retorqua-t-il avec une voix indifférente. Tous deux connaissaient la réponse, ils n'avaient pas trouvé leur place parmi les leurs. C'était , sans doute, cela qui l'avait conduit à choisir Drufus.. A moins que ce ne soit le loup qui l'eut choisi ce jour là, qu'importe. Ils s'étaient trouvés sans vraiment le savoir. Il avait marché ce jour là dans la neige, ses pas s'inscrivant dans la robe blanche, vers la communauté des Loups, accompagnés d'autres garçons de son âge pour aller choisir leur animal. Mais aucun de ceux qu'il avait vu , n'avait provoqué en lui , un sentiment de lien. Il avait alors dépassé la caverne de glace puis il l'avait vu : chetif, malingre, sans mère, sans père, ce petit louveteau faible allait mourir. Il avait croisé alors ce regard fier qui ne voulait pas d'aide ne voulant pas nuir à son orgueil. Si petit et pourtant déjà dans son regard, la fierté luisait. Le coeur du jeune homme avait battu plus fort se calquant sur le rythme cardiaque du louveteau. Il avait pris cet être pour le rammener avec lui.

«  Quoi tu choisis ce truc comme compagnon? »

Avait répliqué son camarade de tribu d'un air moqueur en voyant la bestiole dans le creux de ses bras. Peter avait levé les yeux et répliqué.

«  c'est lui qui m'a choisi... »


Puis les années, les soins de Peter avaient transformé cet être en un beau loup noir alors ce loup la , final, était comme lui : un bâtard. Peter était venu guetteur. La depuis la banquise, il surveillait ce qui se passait a l'horizon, regardant les Monstres de Fer surgir au loin et deverser leur fureur et leur cruauté. C'était un homme maintenant au visage doux et glacial à la fois mais rien d'étonnant.

Il marchait là depuis un moment , la neige tombait s'emmêlant dans ses cheveux, , les mouillant légèrement mai il s'en fichait car quelque chose avait perturbé le silence, comme un coup de fouet. Quelque chose de surprenant quand on ne connait pas ce que c'est. C'était le bruit d'une détonation mais pour Peter c'était comme quand l'orage se manifeste.Il partit en direction du bruit mais une douleur monstrueuse lui glissa dans la poitrine, un vent glacé...il le connaissait, cela se produisait a chaque fois qu'un loup mourrait mais la c'était atroce. Il lui avait fallu quelques minutes pour reprendre son souffle , retrouver un air impassible.

Tu l'as senti Peter?*

Peter hocha de la tête même son loup était inquiet. La douleur passait, un calme pesant lui envahissant les côtes, il put à nouveau se lever. Il savait où aller et il y allait. La neige s'était mise à tomber violemment comme si un esprit de neige, la déesse elle même manifestait son desarroi ou sa colère, quand Peter arriva au lieu...Ce qu'il vit le glaça... Un loup mort...on lui avait ôté sa fourrure.. on voyait du sang.. des larmes rouges se mêlant dans le paysage blanc. Rufus fit entendre alors son chant de la mort. Pour les non-initiés, on pourrait entendre non pas un chant mais un hurlement à la mort.

«  Frères, entendez vous ma voix?
Le vent sonne maintenant le glas
Pour une mère tombée au combat
la belle Inverna , ce soir ne rentrera pas... »
[/center]


Peter n'écouta pas la suite. Avec un calme ,qui aurait pu passer pour un manque de sentiments, il cherchait de quoi enterrer la pauvre bête. Mais une silhouette se dessinait au loin. Rufus se mit à grogner.


* Méfiance, quelqu'un vient...*
avatar
Peter Ice
Supreme Creator~Ice Men
Supreme Creator~Ice Men

Messages : 109
Date d'inscription : 05/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: bisexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur http://infine.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Antarcia Orasowl le Ven 30 Avr - 16:05

[HRP : Je m'invite si cela ne te dérange pas trop ! ^^]


Antarcia se hâtait du mieux possible, tenant son manteau noir d'une manière machinale. Son coeur battait la chamade, sa bouche souffrait d'une cuisante brulure, faite là sous le joug d'un flux de bile remonté trop vite. Elle était inquiète, immensément inquiète..
A ses côtés un maigre renard blanc trottinait, la truffe humant sans cesse l'air..comme pour espérer capter une odeur qui aurait été capitale à leur avancé.
Dans ce paysage désolé, ces deux énergumènes faisaient tâches. trop pressés, trop peu à l'écoute du monde qu'ils frôlaient..


"Est-ce que...Est-ce que tu es certain de ce que tu as vu? Parce que.."

"Puisque je te le dis Antarcia ! Je l'ai vu, ce sauvage! Il tenait quelque chose. Encore un corrompu au milieu de ces monstres de fer, j'en suis certain!" glapit le renard bleu, les yeux exorbités, sa frimousse terrifiée.

"Tu crois que..il avait une arme?" lâcha Antarcia, subitement frappée d'effroi. Et à cette constatation, elle courut alors sur le manteau froid , seconde peau de la vallée silencieuse. Le bruit de ses pas éclatait comme des bulles de plastique givrées, offrant un étrange écho dans ce temps oublié, dans cette contrée touchée par le coma.
Elle avait la frousse au creux du ventre. Car une arme, il suffisait d'un simple geste pour l'actionner et seulement un millième de seconde de plus pour ôter la vie à plusieurs êtres, simultanément. Et parmi la foule des cadavres, il y avait aussi ceux qui restaient en vie...fussent peut être les plus touchés.


"Attends ! Antarcia! Cet homme, il pourrait aussi te.."

Pan.
Un seul éclat, une seule détonation, un unique bruit, un battement qui rata sa mélodie.. Les deux renards stoppèrent net leur progression. La bouche d'Antarcia s'ouvrit, sous le coup de la stupeur..d'un choc trop grand. C'était comme si elle s'était elle-même reçue le heurt. Ses jambes faillirent, et elle fut surprise par un vertige..Pour peu, elle se serrait presque effondrée. Presque oui, mais pour cela, encore fallait-il que la colère ne la tire pas vers le haut.
Ses deux yeux se posèrent soudain sur le renard blanc , tels un phare bleu au bout d'une plage trop blanche.


"Renard, va t'en." lui intima-t-elle, très -mais alors très- sérieuse.

"Antar..."

"Renard, écoute-moi et fais ce que je te dis !" grogna-t-elle.

L'animal baissa ses oreilles, craintif...indécis. Il balaya du regard l'horizon, renifla, sembla réfléchir. Mais, finalement, après un lourd silence, ce fut lui qui grogna. Il campa sur ses petites pattes, les crocs légèrement dévoilés.


"Je ne pars pas, je viens avec toi ! N'essaye pas de m'en empêcher, tu perds du temps !" lui prévint-il.

Quelle tête de linotte, ! Antarcia était tentée de l'attraper par la peau du cou pour l'envoyer balader à plusieurs lieux de là , quitte à ce qu'il s'écrase sur une marre gelée et ne puisse se relever. Elle marmonna, siffla, cracha des injures que seuls un renard aurait pu en saisir toute l'ampleur et en capter le sens premier. Puis, sans se retourner de nouveau vers lui, elle traça. Comme une gamine qui essayait d'échapper à celui qui était à un doigt de se saisir d'elle, jamais elle ne s'arrêtait. Petit à petit, le nuage brumeux suspendu à quelques mètres au dessus de leur tête s'ébroua..faisant tomber dans son linceul une multitude de flocons. Et lorsqu'elle put enfin distinguer la scène, à quelques mètres d'où l'horrible bruit avait pris sa source , sans coeur cessa de battre..rien que ça.
Elle hoqueta, se figea..
Elle avait l'impression que son champ de vision s'était rétrécie à cette seule vue, rayant de la carte tout le reste, jusqu'à l'évènement le plus incroyable qui aurait pu éclore ici. Dans la chape de neige qui chutait, et sous sa stupeur mêlé de dégout, de haine, d'une énorme tristesse broyant son crâne, elle échappa un drôle de sanglot. Pas tout à fait un pleur, pas davantage un mot. Mais plus comme une supplication envers ciel et mont.
Pour qu'on lui pardonne son énorme érreur..
Elle était arrivée trop tard...

Le loup était mort. Mort..mort... Et quelle ignominie.. A cet instant, Antarcia maudissait son excellente vue..
Le cadavre donnait l'impression de respirer encore par delà sa peau. Mais pour de ce qu'il en restait, cela avait une connotation bien plus glauque. Son pelage lui avait été arraché sans vergogne, et, abandonné ainsi à terre, il gisait là..la chair à vif. Les veines pulsatives étaient gonflées par la douleur passée. L'ingénieux système cartilagineux laissait entrevoir le blanc des os, drôle de masse à demi-cachée entre les filets de muscles. Et entre chaque creux, entre chaque conduit du tissu, le sang glougloutait en une joyeuse oraison..s'échappant de son gîte pour peindre la truffe meurtrie de l'animal, tâcher ses yeux qui étaient telles de grosses billes, dénuées de leur paupière...

Antarcia, sans savoir d'où lui venait cette force, avança d'un pas en direction du corps encore fumant. Puis de deux pas.. Et , brusquement, ses entrailles se tortillèrent pour fuir leur cachette.. Un homme, accompagné d'un gros loup noir, s'était approché de l'animal. Alors qu'elle avait pu discerner sans mal la victime étalée au sol ; cet énergumène lui paraissait imprécis.

Lorsque l'inconnu fit mine de bouger, le sang d'Antarcia ne fit qu'un tour. Sans se poser de question , sans voir plus loin que les faits et la situation, elle se rua vers lui. Derrière elle, le renard blanc glapit quelque chose..mais elle n'en avait que cure. Jusqu'à ce que quelque chose, la pousse à s'arrêter.

Le loup noir, manifeste compagnon de l'individu, bascula sa lourde tête en arrière et...il hurla. Un hurlement gorgé d'une profonde agonie, d'une peine sauvage, d'un cri qui nommait prières, détresse et désolation. Et qui prit Antarcia au dépourvu.


"L'homme qui a attaqué le loup ne ressemblait à ça Antarcia !" jappa le renard blanc, qui s'était approché d'elle, poussé par le désespoir de la voir foncer tête baissé vers ces étrangers.

Cette dernière fronça des sourcils.


"Mais alors qui est-ce ?"

"Ca , je n'en ai pas la moindre idée. " lui répondit-il, sautillant sur place, impatient de quitter cette scène atroce.
Voyant qu'elle ne bougeait toujours pas d'un pouce, il claqua des dents.


"Antarcia, tu sais, j'aime mieux éviter les loups qui ne sont pas en danger..quand je peux les éviter." lui avoua-t-il.

"Vraiment?" lâcha-t-elle vaguement. Apparemment, elle ne prêtait aucune attention aux recommandations du renard. Elle fixait l'homme brun, le visage impavide.

"Oui, alors allons nous en. Parce que, je te préviens, mes crocs ne rivaliseront pas avec la mâchoire de c..."


Le coin de sa bouche frémit, à peine. Elle agita ses doigts et, finalement... avança, droit vers les deux silhouettes.

"Oh non! Non non non, Anttaarccciaa.."
supplia le renard, tandis qu'elle s'approchait de sa démarche légère, sourde aux couinements de l'animal.

Lorsqu'elle ne fut plus qu'à trois mètres des nouveaux venus -ou, disons qu'en suivant la logique des choses était-ce plutôt elle, la nouvelle venue- le loup noir laissa échapper un grondement sourd.
Les prunelles profondes de l'homme se rivèrent sur celles scintillantes d'Antarcia. Elle pinça ses lèvres blanches, sonda les iris de la personne..cavala une pente assez archaïque de messages.
Le renard blanc se faisait tout petit, jetant un bref coup d'oeil aux deux êtres, bien tapi derrière la cape d'Antarcia.
Mais cette dernière ne semblait, ni gênée de cette rencontre, ni éprise ou touchée par le comportement qu'elle offrait là. Elle s'arracha alors au regard de l'homme, et , avec une douceur toute faite, au summum de la plus grande des délicatesses, elle glissa vers la bête morte. Genoux contre neige, sa main se tendit, in-extrémiste- vers le museau du loup mort , juste avant qu'elle ne pose ses doigts fins contre sa bouche.
Murmure tenu, inaudible...comme une prière pieuse.
La gorge nouée, elle expira une lourde plainte. La neige avait un peu recouvert le cadavre rachitique...

Finalement, mais sans regarder l'homme, elle parla.


"Je vais devoir creuser dans la neige..est-ce que vous m'aidez?"
avatar
Antarcia Orasowl
Infinien~Eternal Snow
Infinien~Eternal Snow

Messages : 34
Date d'inscription : 25/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Peter Ice le Ven 30 Avr - 18:56

[color=white]'aurais pas mis libre au contraire j'aime ta rep en plus ^^)

Où avait-il déjà entendu un tel orage déchirant l'air, comme pour fracasser le ciel qui tombait maintenant en milles flocons? Ca remontait à un très loin ou peut-être à hier? Il semblait n'avoir qu'une main à tendre pour frôler la joue du petit garçon qu'il était autrefois. Le souvenir fugace s'évanouit en une colonne de fumée blanche. Il frissonna sans le vouloir, rien d'un frisson chaud ou agréable. Le froid avait envahi tout son être. Il avait senti les griffes acérées de la mort lui broyer le coeur tandis que la pauvre victime rendait son souffle. Etait ce vraiment un don? Non, une malédiction qui avait vidé de vie, pendant une seconde, son regard clair.

*Peter?*

La voix sauvage le rammena à terre. Visage vide, comme le manteau blanc qui enselivait le monde, comme un linceul. Le loup noir avança une patte en direction de la femme, méfiant quand on vous mord une fois, la seconde, on se méfie. Il voulait protéger Peter, le temps que celui-ci échappe à ce sentiment de mort. Il ne sentit aucun danger de la part de la femme aussi s'assit il calmement. Il faisait tâche sur la neige, noir comme le manteau de la mort, avait dit un jour un membre du clan, de Peter, une couleur ébène marquant combien le loup était un batard, quelque chose de malfaisant. C'était ce que l'on voyait de ce loup au premier abord mais en creusant au fond de ses yeux, on pouvait voir une certaine douceur se poser sur Peter.

*Peter, elle te parle*


Peter resta un moment paralysé comme ça. Il se passa la main au niveau du ventre où le froid commençait à disparaître ne laissant plus qu'un calme en rien agréable.

"Je vais vous aider."

Parvint il à dire d'une voix froide, comme toutes celles de son peuple. Il regarda la jeune femme de la tête aux pieds. Elle portait respect envers la victime même si ce n'était pas son espèce affilée. On vit ce jeune homme se mettre a creuser doucement la neige murmurant à son tour une prière, la prière des morts.

«  Temporis accueille en ton sein, cet enfant de toi et veille sur lui,
Qu'il retrouve dans ton royaume Eternelle une seconde vie.
Temporis, qu'il retrouve en toi une étreinte chaleureuse
Et.... »

La suite fut murmurer par le loup lui même afin que la louve décédée puissse rejoindre Temporis

*Et veille à ce qu'elle est une vie heureuse.
Quant à ses enfants, ils ne connaitront pas la vengeance,
nous leur laisserons la jouissance de leur innocence.
C'est ma patte, sa main qui iront faucher
pour une vie prise, une autre sera volée*

Peter avait creusé le trou assez profond puis observant la jeune femme, il s'adressa à Rufus :

«  Le démon de la vengeance sera donc notre lot pour éviter que des âmes innocentes soient tâchées »


c'était la conclusion et aussi la traduction du serment de Rufus destinée bien sûr à la jeune femme.Il enleva son manteau pour en envelopper le loup mort. Il ne voulait pas qu'il soit la proie de charognares. Une fois cela fait, il descendit le corps dans le trou. Le silence s'installa jusqu'à ce que la voix de Peter s'éleve.

Tu viens de...?

A peine le trou creusé, on entendit à nouveau la détonation. Non pas de douleur, ça devait être une autre espèce à laquelle l'assassin devait s'attaquer mais cela n'était pas une raison..Il fallait l'arrêter.

«  l'assassin ne doit pas être loin et si on ne l'arrête pas...Il va continuer... »

ses sens en alerte, sans attendre de réponse de la jeune, il se transforma un beau loup sombre, sombre comme la vengeance, il avait déjà un goût de sang, dans la bouche.

Peter!*


Peter filait déjà se servant de son adorat pour chasser. Rufus se tourna vers le renard adoptant alors le langage des bêtes sauvages pour que le renard puisse comprendre.

Restez en arrière, je vais le chercher*
avatar
Peter Ice
Supreme Creator~Ice Men
Supreme Creator~Ice Men

Messages : 109
Date d'inscription : 05/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: bisexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur http://infine.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Antarcia Orasowl le Ven 30 Avr - 22:39

Que tout cela lui semblait sombre, funèbre..mais pas dans le sens qui consiste à assister à un simple enterrement et à s'en repaitre aux anges. Non , cela appartenait à un tout autre domaine; bien moins religieux, d'avantage pitoyable. C'était comme si cette situation n'avait été qu'une mauvaise farce.
Antarcia était restée à genoux face à la pauvre bête, incapable de se relever de suite. Il lui fallait du temps...Elle s'imaginait ce loup qui, à peine une heure auparavant, insufflait encore ses habitudes.

Qui aurait pu songer qu'un homme viendrait pour le tuer , comme ça, d'une façon si négligeable?
Sûrement n'avait-il eu qu'à lever sa main, faisant geste d'allégation avec son poignet..abattant ainsi sa sentence sans que l'animal n'ait rien à mériter de cela.
Le meurtre par tristesse, par vengeance, la violence en toute connaissance de cause pour quelque chose de justifié lui paraissait être horrible...mais que dire alors d'un crime qui ne relevait d'aucune excuse ?
Un goût irascible plongea dans le bouche d'Antarcia, lui faisait voir rouge.

Finalement, elle s'extirpa péniblement de ses sentiments.


"Très bien, alors ..creusons" dit-elle, avec dans sa voix un souffle perdu, un souffle de plus -mais pas le dernier.

"Renard?" l'appela-t-elle. Le ton avait été las, alourdi par les évènements.

Le museau de ce dernier lui chatouilla alors la jambe; il avait compris.
Il sautilla, de cette manière si caractéristique qu'ont de faire les renards blancs, et se mis à creuser aux côtés de l'homme.
Antarcia, sans un sourire, se transforma soudain en une chétive renarde au pelage hirsute, un pelage dressé sur son échine. Le bout de sa fourrure était parsemée de petits points bleutés qui , lorsqu'une bourrasque sévissait, donnait l' impression que son corps était fait de velours.

Ses prunelles glaciales se posèrent sur le loup noir. Ce dernier lui rendit son regard, très calme.
Alors, elle creusa à son tour.
Le jeune individu murmurait des prières. Antarcia , elle, restait silencieuse. Cela ne prit guère de temps ; l'homme semblait avoir fait la plus grande part du travail. Et c'est avec une haine étrange qu'Antarcia observa le trou profond et gêlé.

Elle plissa son petit museau, griffes enfoncées dans la neige.



« Le démon de la vengeance sera donc notre lot pour éviter que des âmes innocentes soient tâchées »
récita le jeune homme, disant tout haut ce qu'avait pensé tout bas Antarcia.

Babines remontées par cette intenable fumet au fond des crocs, qui remontait par relents de la carcasse, la petite renarde s'assit en ayant l'impression qu'un poids énorme s'abattait sur ses frêles épaules. Elle attendit..

L'homme recouvrit avec précaution la dépouille. Son visage était insondable. Antarcia trouvait même , que bien sous forme de renarde pourtant, elle faisait sans aucun doute transparaître plus de sentiments que le jeune brun. Mais si ses traits étaient plats, creux d'informations; son regard était criant d'une vérité qui se passait de commentaire..

Et le corps perclus du loup dépecé fut descendu..
C'était comme si jamais il n'avait existé...comme si le rythme de la vie reprenait petit à petit son cours en effaçant cet avènement si insignifiant à l'échelle d'un monde. La neige tombait toujours drue. Et Antarcia fut piquée par une irrémédiable envie de s'allonger là, auprès de la tombe; pour se rouler en boule et laisser les flocons la recouvrir entièrement.
Elle voulait que l'existence détourne son regard et la laisse avaler sa peine. Ce loup, cela aurait bien pu être un autre loup, cela aurait pu être son Jeyco.. Comme elle enviait maintenant la mort qu'avait eu sa tendre moitié .

Son ami le renard vint s'asseoir à ses côtés. D'une affectueuse manière, il lui lécha le coin de la joue ; profondément tracassé de la voir ainsi si fragile.

Le jeune homme brisa le silence, en s'apprêtant à poser une question. Mais, brusquement, le même bruit éclata dans l'atmosphère ; zébra de son euphorie le ciel à la manière d'un éclair gorgé de bizarrerie.
Le coeur au bord des lèvres, Antarcia fit littéralement un bond en avant. Elle tourna sa tête , à gauche , à droite, son pouls engagé dans un rythme fou.


« l'assassin ne doit pas être loin et si on ne l'arrête pas...Il va continuer... » leur dit l'homme. Et alors, ses deux yeux délicats devinrent des ovales , fines amendes, surplombés d'un regard perçant. Sombre, bien battit, ce qui était dorénavant un loup aux muscles tendus et à la colère palpable détala. Tant et si vite, qu'Antarcia fut totalement prise au dépourvue.
Elle recula à peine, avança trop rapidement, fit tour autour d'elle même..comme atteinte de rage.

Le gros loup noir qu'était le compagnon de l'homme envoya un bref éclat du coin de son oeil , à l'adresse d'Antarcia. Puis, à son tour, il partit sur les traces de son maître.


"Le loup a demandé que l'on reste en retrait." dit le renard blanc , répétant le message qu'il avait lui-même reçu.

"En retrait..oui..bien sûr.." murmura cette dernière, intenable. Elle repensait.. Cet éclat , ce bruit assourdissant qui avait éclaté...cela l'avait laissée dans tous ses états. Sûrement qu'un autre animal subissait le même sort en cet instant précis. Et elle qui restait ainsi, elle qui......attendez...attendez une minute..?!

Subitement, elle se retourna tout de go vers le renard.


"Que je reste EN RETRAIT?!" répéta-t-elle à voix forte, hors d'elle, la gueule ouverte en un grognement assourdissant. Elle venait enfin d'assimiler ce qu'elle avait entendu quelques secondes auparavant.

La mine du renard blanc se décomposa à la vue du comportement d'Antarcia.

"Oh non non non, ne commence pas avec tes idées. Antarcia nous sommes des re-nards ! de simples petits renards! Laisse-les faire, ils ont l'air plus ent..."

Mais sans réfléchir plus que de dû, sans tenir compte des circonstances, sans en écouter davantage, elle s'élança au galop à une vitesse effrénée, la respiration haletante, les pattes s'enfonçant dans la neige aussi vite qu'elles s'en dégageaient. L'idée même de ne pas arriver à temps et de -peut être- retrouver le corps de deux autres loups devenus inertes- lui était inconcevable. A cet instant précis, elle savait parfaitement ce qu'il convenait de faire. Le vent sifflait à ses oreilles, les gros flocons dansaient devant ses yeux en une myriade de petites tâches blanches aveuglantes. Ses sens en alerte, elle fut elle -même surprise de savoir si bien où se diriger. C'était comme si le chemin lui fut déjà ouvert depuis longtemps déjà. D'une agilité hors pair, elle sauta par dessus un tronc mort ; retombant avec grâce au sol. Rien ne semblait pouvoir la dérober à son envie principale. Elle était devenue aveugle de raison, et dépourvue de crainte.
Il n'y avait que la hargne pour insuffler suffisamment d'oxygène à ses poumons..
Record battu. Il ne lui fallut que cinq bonnes minutes pour trouver sa destination et l'atteindre , avec une facilité quasi-déconcertante. Un modeste coup d'oeil en arrière lui apprit que le renard blanc n'avait guère réussi à la suivre... Et peut être était-ce mieux ainsi, car alors, elle ne risquerait pas de mettre quelqu'un en danger -hormis elle même.
Ses yeux piqués par les étoiles de la haine se fixèrent à l'horizon..accrochèrent dans leur sillage la même scène horrible....
A une exception prêt, c'était que - cette fois ci- le tueur était toujours là.

Sur un grand sourire faisant briller l'éclat de ses yeux, Antarcia se mit à avancer allègrement vers le danger.
L'homme était accroupi face à l'animal qu'il avait vraisemblablement déjà abattu, s'attelant à perpétrer le même travail immonde. Dos à Antarcia, il ne pouvait se douter qu'une petite renarde s'avançait par petits pas bien placés, insensible au fait qu'on la repère ou qu'on s'en prenne à elle.

Cela semblait tellement irréaliste...et pourtant.

Antarcia loucha sur la nuque de l'homme. Ne penserait-il qu'elle n'était qu'une vulgaire chienne enragée qui avait perdue le sens de la réalité, il utiliserait alors son couteau pour la faire fuir. Mais quelle belle surprise aura-t-il lorsqu'il comprendra qu'elle n'était pas seulement qu'une renarde!
Elle savait se défendre ; les épées, poignards et autre lames en tous genre ne lui étaient guère inconnus.
Non, décidément, Antarcia n'avait pas peur.

Sa vue s'aiguisa, ses pattes se dressèrent..elle laissa planer un silence -uniquement brisé par les gestes calculés de l'assassin.

Sa face blanche s'ornait d'un somptueux petit rictus carnassier et, dents dévoilées, elle s'élança alors.

Un unique bond, prodigieusement exécuté. Elle retomba lourdement sur l'échine courbé de l'homme. Ce dernier sursauta. Il lâcha un cri sourd et , geste puéril et totalement inconscient d'après Antarcia, laissa tomber son couteau. Ses grosses mains puissantes passèrent derrière son dos, se saisirent de la patte de la renarde. Hélas, pas assez vite.

Antarcia avait coulé sa face blafarde contre l'épaule de l'individu. Petite expiration, à peine relâchée contre le bas de sa joue .. ses crocs affutés s'étaient enfoncés au creux de sa gorge. Aussi facilement qu'un coutelas dans du beurre.

Le goût de fer dévala dans sa gueule, emplit ses narines jusqu'à l'enivrer.
Elle aurait pu rester ainsi, accrochée à sa gorge, pendant des heures sans jamais manifester la plus petite faiblesse..
Mais soudain, quelque chose de lourd s'abattit sur son crâne. L'homme venait d'écraser son gros poing sur la tête de la renarde.

Des étoiles apparurent devant ses yeux ahuris. Les muscles de sa mâchoire se délièrent..lâchèrent prise ; à sa plus grande surprise. Elle se vit alors propulsée à plusieurs mètres de là... Son corps donna l'impression de littéralement voler, avant qu'elle ne s'écrase au sol avec une violence inouïe, à la manière d'un grotesque chiffon blanc balancé là car devenu trop sale.

Une fulgurante douleur grimpa sur sa colonne vertébrale. Elle se redressa, tomba de nouveau , réitéra la démarche jusqu'à tenir en équilibre précaire ; tanguant de gauche à droite comme si elle s'était trouvée sur le pont d'un bateau ballotté par la mer.


"Saloperie d'Inifinien" siffla l'homme entre ses dents. Il avait appliqué sa main contre sa gorge pour limiter la perte de sang. A cette phrase, Antarcia laissa échapper un gloussement de renard. Alors, comme ça, cet indvidu savait qu'elle était une humaine ? Impressionnant.

La langue pendante, totalement hilare, elle ouvrit sa gueule pleine de sang en un drôle de rire.

Et l'homme sortit de sous sa veste noire un drôle de bâton en bois ; au canon empestant la ferraille. Son doigt appuya sur la gâchette qui se trouvait juste en dessous de ce drôle d'objet.

Pan. Troisième fois...troisième fois que la détonation explosa aux oreilles de la renarde. Mais jamais , il ne fut pour elle aussi puissant qu'en cet instant.

Le rictus affamé et cruel d'Antarcia s'effaça automatiquement et laissa place à une expression percutée par la stupeur... ses traits se relâchèrent tandis que lentement elle se penchait en avant, comme au ralenti...

Son souffle se coupa, sa vision se troubla durant une minute, et elle baissa alors sa tête sous le joug de la douleur, fixant, éberluée, son poitrail d'où une mince tâche rouge en peignait le dessus. Un étrange projectile -en réalité une balle, mais cela, Antarcia ne le savait pas- s'était logé dans son corps...
avatar
Antarcia Orasowl
Infinien~Eternal Snow
Infinien~Eternal Snow

Messages : 34
Date d'inscription : 25/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Peter Ice le Sam 1 Mai - 13:53

Pourquoi prendre tant de temps pour enterrer un animal? Ce n'était pas un homme, diraient certains mais ces gens-là n'ont aucune connaissance de ce lien unissant les infiniens aux animaux. Ce ne sont pas seulement des animaux qu'ils enterrent ainsi avec tant de respect, ce sont des frères, ce sont des parties d'eux même, comme faisant partie du même atome. De toute manière, dès l'enfance, on leur apprenait à maintenir un lien pure avec la nature. Ils ne connaissaient pas les termes d'économie, de concurrence qui tuait progressivement une certaine planète. Depuis maintenant quelques années, ils apprenaient le véritable sens de l'horreur. On ne mourrait plus de mort naturelle ou encore chassés pour être nourris, on mourrait parce que d'autres avaient pris goût au sang. On avait alors appris les termes de vengeance, de tristesse, d'angoisse. L'air semblait s'en être chargé même la neige lui semblait amère, tombaient comme des larmes. Le ciel faisait couler ses larmes à la place de Peter. Si Peter ne pouvait pas pleurer, ni même laissait paraître le trou béant ouvert en lui, le ciel s'en chargeait et aussi Drufus. Le loup noir était le miroir de Peter refletant les émotions du jeune homme, les comprenant mais il était plus sage que Peter. Même si il réclamait vengance, il établissait un plan alors que Peter avait foncé tête baissée, idiot? Non fou de rage contenue. Il avait pisté l'homme revoyant le corps mutilé de ce loup, ressentant à nouveau ce froid dans la poitrine. Dans ses veines, ce n'étaient plus du sang qu'il pulsait mais bien une incompréhension effrayante. Il ne comprenait pas. Il ne voulait pas mêler Drufus aussi avait il filé vite, là dans le terrain laissant la neige recouvrir ses traces, comme pour ne laisser aucune trace de son passage. C'était comme le loup sauvegement tué , qui pourrait témoigner de son existence? Peter avait pris un autre chemin que la jeune femme. Il se préparait à tuer pour empêcher aussi que les enfants de la louve morte , que les infiniens encore trop jeunes n'aient l'idée de tuer, tuer pour se nourrir est une chose, c'est naturelle, tuer par vengance en est une autre. Peter l'avait appris. La premiere fois qu'il avait tué ivre de colère, il avait sombré alors dans une sorte de gouffre, il avait senti quelque chose se casser à l'intérieur de lui. D'ailleurs Drufus l'avait enguelé mais le loup noir aurait agi pareil à cette époque.

Combien de kilomètres avait il avalé sous forme loup? Toujours est il qu'il observait l'assassin quand une forme déboula. Elle l'avait suivi et il put lire aussi dans les yeux de la femme-renarde, la haine avait dévoré tout autre sentiment. Peter aurait voulu hurler, la gronder d'etre venue mais un autre homme s'était avancé alors il la laissa à son propre combat. Il ne sut combien de fois il entendit ce bruit fracassant et meurtrier, ni combien de temps, ils luttèrent. Le jeune homme avait quelque peu de mal mais il réussit à mordre son agresseur a la main.

«  Infiniens a la manque! Tu feras partie de mon tableau de chasse! Je te foutrais toi et ta compagne comme déco dans mon salon privé »


Même si certains mots lui échappaient, il comprenait l'essentiel. Les hommes comme lui était cinglé. Il tuait par cruauté. Méritaient ils encore de vivre? Pas vraiment, pas après tout ça et même si on leur laissait la vie, ils continueraient le massacre encore et encore.. Peter l'avait compris. L'homme et lui luttaient pour survivre et tuer l'autre, c'était bien la seule chose qui les rapprochait.

*Peter! Attention!*

Sans le cri de Rufus, il aurait sans doute été blessé comme la jeune femme. Merde! Peter échangea un regard avec Rufus et le loup noir vint se camper devant la jeune femme la défendant, un grondement sourd s'éleva de ce poitrail noir. Même si elle n'était pas affilé au loup, Rufus la protégerais car elle était une Eternal Snow et elle avait montré une véritable souffrance pour le loup décédés.

Peter parvint enfin à mettre mal au point son adversaire. Il trouva la jugulaire une fois qu'il fut sur lui et l'arracha. Il reprit forme humaine . Il devait bien porter la jeune femme loin d'ici mais laisser Rufus derrière? Seul

Peter pars avec elle, elle a besoin de soin !va!*


Peter serra la machoire, il prit la jeune femme en princesse et se mit a courir s'éloignant de rufus. Espérons que Rufus ne se fasse pas tuer. Peter ne le supporterait pas. Rufus était son frère. Mais ce qui l'avait aussi pousser à partir outre qu'il n'y avait pas le choix, c'était bien parce qu'il avait vu quelque chose s'approcher..une renarde peut être aidrait elle Rufus, il l'espérait bien même si les loups et les renardes ne s'entendent pas trop, ils savent quand l'heure est alliance.. Il entra dans une caverne de glace, déposa la jeune femme sur une pierre..

«  Je suis désolé, je vais sans doute te faire mal un peu mais je dois extraire ce truc de ton corps »

Il n'avait pas d'alcool, dommage. Il savait comment faire pour extraire le truc car il avait vu un des anciens le faire. Bien sur, il y avait eu des morts au départ mais avec le temps, on arrivait a sauver des vies car la technique s'améliorer. Il arracha un bout de ses propres vetements qu'il mit dans la gueule de la renarde. Il avait pas envie de se faire mordre au moment ou il allait extraire le truc. Il prit son poignard puis avec sa vue bien dévelopée, il chercha le truc en faire écartant les vaisseaux le plus délicatement possible. Il finit par le trouver. Il caressa la joue de la jeune femme.

«  ca va aller.. »

ce fut ensuite une berceuse qu'il chanta pour calmer la jeune femme d'une voix douce. Pour une fois, quelques accents venaient troués l'indifférence que le jeune homme offrait au monde en guise de masque. Il s'activa enlevant doucement la balle. Il portait sur lui, dnns une sacoche, une gourde d'eau et des herbes médicinales piquées sur le territoire des osmoniens. Elles aideraient a la cicatrisation. Il arracha un bout de ses vetements pour comprimer la plaie, stopper le flux de sang. Les herbes furent écrasées, déposées sur le tissu et il fit le bandage.

«  J'ai stoppé l'hémorragie. »


Il passa la main derrière la nuque de la jeune femme puis vint porter la gourde à ses lèvres. Un bruit..il tourna la tête. Les deux bêtes étaient revenues.

Elle va s'en sortir Peter?*

Peter hocha de la tête, comme lui, Rufus avait du sang au niveau de la gueule. Sans doute, avait il tué. La renarde était là aussi. Il la sentait.
avatar
Peter Ice
Supreme Creator~Ice Men
Supreme Creator~Ice Men

Messages : 109
Date d'inscription : 05/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: bisexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur http://infine.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Antarcia Orasowl le Dim 2 Mai - 13:48


Oui , un drôle de rire en fond de gorge. Un drôle de bâton en bois, un drôle d'objet, une drôle de gestuelle...Puis, pan, le néant.

C'était comme si sa conscience se déchira en deux morceaux froissés, roussis.. Un de ces vieux morceaux appartenait au passé. On pouvait y lire dessus les évènements qui s'étaient déroulés à la vallée du temps perdu : le cadavre encore chaud d'une bête dépecée, l'éclosion d'un affreux bruit et puis aussi cette rencontre avec un loup noir et et un jeune homme au visage impavide.
Mais la deuxième partie, le petite page manquante à l'intégralité de sa lucidité, n'était devenue plus que de la douleur.
Caractérisée par une explosion, une agonie au creux de son ventre, et finalement : les abysses. Elle ne voyait plus rien. Pas la plus petite poussière au sol, pas le moindre flocon dans les airs.

Pourtant, la sensation de littéralement se rompre, et d'éparpiller dans chaque recoin les débris de son essence même, était bien là..
C'était à se demander alors par quelle force Antarcia se tenait encore droite.
Car , oui , la petite renarde était toujours pitoyablement assise sur la neige. Le dos était redressé et fier, les pattes , agitées de tremblement nerveux, campées au sol. Son regard, deux lagons bleus aux flux trop paresseux, trahissait sa profonde stupéfaction.
Antarcia ne comprenait pas.. Elle ne comprenait pas comment cet homme s'y était pris pour l'atteindre et la blesser de la sorte.
Comment ? C'était impossible...impossible..Elle ressentait la haine, l'impuissance et la honte..tant d'émotions majeures qui lui donnèrent envie de vomir tripes et boyaux... Mais elle était trop stupéfaite par la tournure des événements pour songer à se courber et recracher ce qui lui obstruait la gorge.
Soudain, des bruits éclatèrent; tels des décharges qui lui empoignèrent le coeur.
L'arme chanta encore, une , deux, trois fois. Comme un orage prêt à s'abattre sur elle sans la moindre concession. Poussée par un sommaire instinct de survie, elle se mit debout ; les oreilles plaqués sur son crâne dans un message d'intimidation inutile..et tenta vainement de s'éloigner ; croyant dur comme fer que le même homme la tenait en joug dans sa ligne de mire.
Elle fit un pas en avant et..chancelante, glissa par dessus sa propre surprise. Ses yeux totalement aveugles s'agrandirent, les derniers petits grognements au fond de sa gueule s'évaporèrent comme chaste fumée que le vent aurait très vite balayé..
Et son corps s'écroula au sol, tremblant, fiévreux et perclus ; tandis qu'elle perdait petit à petit le fil de la réalité..que même les bruits échappent à son oreille de renarde.

Alors comme ça, c'était elle qui allait mourir?..

Un dernier souffle, enraillé sur un regard bleu traversé par une lueur électrique vint à animer une dernière fois Antarcia. Quelqu'un s'empara de sa petite silhouette d'animal. Ce dernier tenta de s'agiter, pour quitter les bras de ce qui avait tous les honneurs d'appartenir à un danger.
Elle ne voulait pas..pas qu'on lui arrache le dernier bonheur de mourir contre la neige..elle ne voulait pas quitter le message réconfortant de ce paradis glacé.
Mais, trop faible, ce ne fut qu'un tremblement de sa petite patte qui se manifesta..comme si elle avait été faite de plomb et attachée par de lourdes chaines. Geste tellement pathétique..qui piqua Antarcia profondément sur sa fin.
Son allure de renarde devint progressivement -de nouveau- une silhouette de femme ; la transformation ayant puisé trop d'énergie au creux de son corps mourant. Son visage était blanc comme un linge, l'agonie traçant dans la chair de ses traits de jeune fille perdue..esseulée..

Avait-elle conscience qu'on l'avait finalement déposée ? Rien n'était sûr. Il y avait trop d'images, trop de délires ; pas assez de raison dans son cerveau brumeux pour qu'elle en saisisse sciemment les gestes et les actions.

Mais lorsqu'on lui fourra un tissu entre les dents et que Peter s'attela à lui ôter la balle logée dans son corps ; ce fut comme si on l'avait électrifiée.
Elle qui s'était apprêtée à s'endormir, à enfin ne plus faire cas de sa souffrance; voilà qu'on la lui lançait de nouveau en pleine face. Lourde plainte, surplombée d'un cri lancinant..terrifiant. Sanglotante, suffocante, la gorge en feu, et bave rouge au coin des lèvres ; elle voulait fuir , s'enfuir, ou encore -en dernier cas de recours- mettre fin à ses jours.
.. Et alors, au milieu de cet insupportable, les sons lui revinrent ; la mémoire aussi -un peu.
Une modeste mélodie voguait là, contre son oreille. Elle n'en happait que quelques bribes, comme si elle fusse réglée sur de mauvaises ondes. Mais assez pour tâcher de se calmer..

Elle régula sa respiration sifflante, fronça des sourcils, laissa faire lorsque le jeune homme la fit boire.


« J'ai stoppé l'hémorragie. »

avait-il dit juste avant. Et elle, toute tremblante, trempée et morte de froid, d'agiter ses lèvres lorsqu'elle reconnut enfin la voix. Pour espérer dire quelque chose, sans aucun doute. Mais de cette entreprise n'en découla qu'un filet de sang qui glissa au bas de sa mâchoire ; frôlant in-extrémiste le bas de sa joue et se perdant dans ses cheveux sans couleur...Jonchée par les restes d'une peine cuisante, elle se sentait étouffée par l'impression de ne servir à rien. D'être inutile. Inutile et incapable.. pas même fichue de pouvoir parler.

"Petite dame?" appela une voix. Sauvage, furtive, aux connotations rieuses. Il s'agissait d'une renarde.

A ce son , plus modeste fusse-t-il, Antarcia se raidit. Elle tendit l'oreille, inspira, expira d'une douloureuse entreprise. Et alors, ses mains se saisirent du léger vêtement de l'homme, qu'elle agrippa pour réussir à se redresser.


"Malheureuse ne bouge pas ! Ta plaie ! Ta plaie n'est pas encore refermée !" cria la renarde.

Mais Antarcia n'en avait que cure. Elle loucha, clignotant de ses yeux cernés pour cibler son regard. Du bleu, du sang coururent devant ses yeux..mélangeant leur couleur givrée, tourbillonnante. C'était comme un balai magique, comme un joli rêve..
Elle aurait pu murmurer à la renarde inconnue. Mais ce n'était pas ce qu'elle voulait.
Non, elle voulait lui parler; à lui.


"Je.." réussit-elle à articuler, telle une aliénée complètement saoule. Son buste se pencha en avant, menaçant de s'affaler sur son sauveur..mais elle tint bon. Ses prunelles se fixèrent à quelques centimètres du visage du jeune loup. Niveau dialogue de sourd, il n'aurait pu y avoir meilleur exemple.

"Je vous demande de m...." souffle écrasé, piétiné, émietté.. Plus d'énergie, toute cette trempe s'abattit en un pop en même temps qu'une Antarcia épuisée. Les événements avaient eu raison de sa carrure chétive.. Abaissant doucement ses paupières comme sur le point de s'endormir, elle perdit connaissance ; son corps chancelant contre le jeune homme.
avatar
Antarcia Orasowl
Infinien~Eternal Snow
Infinien~Eternal Snow

Messages : 34
Date d'inscription : 25/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Peter Ice le Lun 3 Mai - 15:11

La mort rôdait telle un oiseau noir et blanc se découpant là sur ce morceau de monde. On l'a craigné comme on craint une vieille femme dont les doigts agiles coupent le fil de la vie. La mort c'est ce qui donne sens à la vie, lui avait enseigné un vieux maitre dans le clan des Eternals Snows. Mais mourir de cette manière là était ce vraiment une maniere de mourir en paix? Peter ne pouvait supporter la cruauté dont certains êtres font preuves envers les animaux ou leur semblable au moment où il usait de leur arme pour éteindre des vies. Comment pouvait-on dépouiller un animal de sa fourrure? Comment pouvait-on tiré sur un être non pas pour se défendre ou se nourrir mais pour le seul plaisir de tuer? Les esprits de ces morts pouvaient partir vraiment en paix? Peter n'en était pas sûr voilà pourquoi il avait décidé , sous son métier officiel de guetteur, de servir de main pour la vengeance. Il vengeait ces êtres tués dans des circonstances atroces, il vengeait afin que d'autres mains puissent demeurer blanches et qu'elles ne soient pas hantés par le poids de cauchemars qui détruiraient leur être pour donner naissance à un être sombre et corrompu.

Comme un loup solitaire, il parcourait les landes neigeuses à la recherche d'un but sans attacher à quiconque. Il n'avait permis qu'à Rufus de s'attacher à ses pas. Ils étaient ensemble depuis une éternité déjà. Même manière de penser, quasi même vie de bâtard, il n'était pas étonnant qu'ils puissent s'entendre si bien. Ils ne laissaient personne venir s'immisser dans leur amitié car méfiants des autres, peur sans doute d'être blessés et de blessés sans le vouloir. Pourtant, ils n'étaient pas sans coeur au point de laisser sans soin des êtres qui en avaient besoin, surtout quand il s'agissait d personne embarquée dans une entreprise dans laquelle elle n'avait rien à faire. Peter se maudissait en silence d'avoir laissé la jeune femme participer à cette bataille où elle aurait pu mourir. Trouvait-on vraiment la paix après la mort? En songeant à cet étaux glacé qu'il lui avait vrillé les entrailles au moment de la mort de louve défunte, il pouvait légitement penser que non. Il n'avait pas pu sauver la louve mais il pouvait encore sauver la jeune femme. Il se sentirait vidé si il osait ne pas lui porter secours. Il n'oserait plus se regarder en face ou même vivre si il la laissait au manteau blanc. Non, il la soignerait du mieux qu'il pouvait grâce à son apprentissage avec les anciens.

Il ne voulait pas qu'elle parle. Il voulait qu'elle vive tout simplement. Cherchant à la calmer, il avait fredonner une berceuse. Il cherchait sans doute aussi à briser le silence qui rappelait trop l'emprise de la mort. Le visage de la jeune femme était de neige, c'était inquietant. On pouvait y lire la souffrance de lutter , l'envie de se laisser glisser dans le sommeil profond et sans doute de rejoindre l'esprit de la louve défunte. Elle voulut parler mais ce ne fut qu'un filet de sang qui sortit comme pour le ou la narguer. Elle va mourir murmurait une voix ricannante à son esprit. Regarde comme elle est faible, tu ferais mieux de la laisser. Elle n'est qu'un fardeau Peter, tu le sais non? Continuait la petite voix nait de ce flot de sang. Il secoua la tête chassant cette sorte d'hallucination audivite continuant de lui prodiguer des soins.

«  Ne parle pas...Tu vas te fatiguer... »


le regard de Peter s'adoucit l'espace d'un instant. Il lui parlait comme on parle à un enfant qui ne veut pas reconnaître qu'il est malade. Le projectile fut extrait et il le posa à coté d'eux, sans doute, le donnerait il plus tard à un ancien pour étude. Il allait ajouter quelque chose quand il fut interrompu par une renarde s'adressant à la jeune femme. Il maintenanu la jeune femme contre lui quand elle s'agrippa à son vetement pa reflexe, une sorte de défi à la mort? Il était en droit d'en douter. Il l'écouta tendant l'oreille pour saisir ses mots lâchés avec difficulté. De me? De me laisser? De m'aider à me relever? De me prendre avec vous? Peut etre un mélange d'envie de vivre et celui de mourir.

*Tu devrais l'emmener chez nous Peter...Il faut du feu...de la nourriture..*

«  Je sais..je suis peut être un gamin mais je suis pas encore si stupide que ça »

dit il au loup mi sérieux mi amusé puis il ajouta «  Mais la bouger risque d'être dangeureux. Sa plaie risquerait de se rouvrir plus sérieusement. Ecoute, je vais partir quelques instants. Je te la confie Rufus..Veille sur elle... »

*Mouais...Tu me fais jouer les gardes nounous...*


Rufus s'installa près de la jeune femme pour lui communiquer de la chaleur. Peter sortit de la caverne. Il passa un moment dehors à chercher du bois pas trop mouillé , et de la nourriture, de l'eau aussi. En chemin, il croisa un etenal snow avec lequel il échangea deux poissons contre une couverture. Il lui avait demandé de l'aide mais manifestement l'homme avait autre chose a faire, il se contenta de dire qu'il signalerait au village qu'une membre et un membre du clan avait besoin d'aide.

«  Je suis de Retour...J'ai rapporté de quoi réchauffer tout le monde. »


De retour à la caverne, il se mit en devoir de faire un feu apres avoir déposé la couverture sur la jeune femme. Dormait elle d'un sommeil serein? Il sentait que non....
avatar
Peter Ice
Supreme Creator~Ice Men
Supreme Creator~Ice Men

Messages : 109
Date d'inscription : 05/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: bisexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur http://infine.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Antarcia Orasowl le Mar 11 Mai - 20:31

Je vous demande de me pardonner.

Fou , ça, n'est-ce pas ? De lui pardonner pour quels méfaits ? Pour son manque total de maturité face à une situation préjudiciable ou pour les avoir tous les deux mis en danger ? Sûrement était-ce pour son incapacité à faire abstraction de sa haine..oui, sans doute. Car à y regarder de plus près, Antarcia aurait pu tous les conduire à la mort.

Mais peut être que c'était dans l'ordre des choses. Depuis sa plus tendre enfance, Antarcia n'avait attiré que le malheur.
Incapable ..

Incapable.
Antarcia, tu es incapable.
Antarcia , espèce d'incapable !


"Non.. non je suis désolée.."

Une main venait de s'abattre contre la petite joue de l'enfant. Geste vif, sec, exécuté sans remords. La fillette ne cria même pas. Elle était trop habituée à cette scène, trop habituée de subir les conséquences de ses actes pour être surprise. Mais, après tout...

"Tu le méritais !" gueula l'homme. Son haleine empestait l'alcool . La rage aux coins des babines, il tendit sa grosse main vers Antarcia.

"Non, non père ! Je savais pas ! JE SAVAIS PAS!" cria-t-elle, à s'en écorcher la voix. Des larmes roulaient sur ses joues rougies, ses minuscules quenottes étaient posées sur sa tête à la manière d'un casque ; espérant parer les coups -ou bien les encaisser du mieux possible. Et elle sanglotait beaucoup..beaucoup trop au goût de son bourreau.

Il lui attrapa violemment le bras, menaçant, grondant de rage.


"Arrête ! Arrête de chialer espèce d'idiote ! C'est uniquement de TA faute! Et Olmerius ? Hein ? Tu as pensé à lui ?"

"Olmerius...?" remonté de bile, sursaut, incompréhension. Antarcia déterra son visage de sa cachette, jeta un coup d'oeil vers la pièce...et se crispa. Une exclamation aigüe dévala hors de la barrière de ses lèvres.

Un trou béant se dessinait au niveau du ventre de son père. La blessure cracha un dernier jus de sang..giclant contre le visage de la fille. Les murs étaient rouges, le sol noyé par des flaques poisseuses. Au milieu de ces mares , deux corps gisaient..inertes. Le corps d'un vieil homme , et celui d'une femme à la chevelure blonde..


"Tu as vu ? TU AS VU CE QUE TU AS FAIT ANTARCIA ?!"

"Non..." souffla-t-elle, la gorge sèche, incapable de s'arracher à cette vision. Horrifiée, mordue par une trouille blanche, elle essayait de se dégager de l'emprise de son père. Elle ne voulait pas, ne voulait pas..

"Non..Je..laisse-moi, laisse-moi partir !"

"Ta faute, uniquement de TA FAUTE . CECI EST ENTIÈREMENT DE TA FAUTE !" beugla l'homme, hors de lui. Il tordait le bras d'Antarcia , à mesure que sa voix faisait trembler les fenêtres mêmes.

"Ce n'est pas vrai ! PAS VRAI ! JE N'AI RIEN FAIT!" se défendit-elle. Elle le hurla littéralement, à en démolir les murs, à en détruire les vitres. Tant et si fort, que ce fut en se réveillant qu'elle prononça ces mots. Pour finalement sursauter, et plaquer la paume de sa main tout contre sa bouche. Eberluée, elle balaya son regard encore flou tout autour d'elle.
Un feu ronflait entre les buches noircies, quasi-consumées ; et la lueur qu'il dessinait contre les parois de la grotte bleue dansait avec accoutumance
.

Antarcia, incrédule, leva la couverture en laine -qui la recouvrait- jusqu'à ses yeux brouillés , juste avant de regarder un tout petit peu plus loin que le bout de son nez..et d'apercevoir une silhouette. Grande, retournée vers elle, et qui semblait s'approcher.

Encore fiévreuse, le sang battant aux tempes, Antarcia se recroquevilla...grotesque posture qui annonçait ce genre de bond qu'on effectue pour se dépêtrer d'un nid de ronces. Ses yeux teintés d'une profonde lueur métallique se nichèrent sur le visage brumeux de cet inconnu..de ce danger...et, alors, elle sauta hors de ses draps pour reculer vers l'un des murs de la grotte.

Elle montra les dents, marbrée par cette habitude de menacer sous sa forme animal ; alors qu'en cet instant , elle n'était qu'une jeune fille au visage cadavérique, aux cheveux emmêlés et aux bras trop frêles.


"Ne..ne vous..approchez pas!" prévint-elle, tremblante des pieds à la tête, transpirante.


"Jeune fille, du calme voyons ! Il t'a sauvé, il ne te veut aucun mal !"
lui assura une petite voix d'animal, qui la fit sursauter..une fois de plus.

A cette phrase, Antarcia gloussa à la manière d'une cinglée, passant ses mains contre sa nuque moite, sur son front dont elle en balaya les quelques mèches trempées qui s'y étaient collées par dessus.


"Me sauver ? Mais sauver de quoi ! Je.. j'allais très bien. Comment ..que.."

Et paf. Le déclic, se fit, tout simplement. La vision d'Antarcia nettoya cette petite brume qui masquait la vérité et le jeune homme brun se dessina devant elle. Dans le regard de cet individu , ce furent tous les évènements passés qui lui parlèrent. Sur ses traits impavides, c'est la constatation risible de cette situation qui lui grimpa dessus.

Son souffle se coupa net, sa main se nicha contre son ventre devenu subitement bien plus douloureux..


"Vous...vous êtes encore là ?" chuchota-t-elle sans comprendre. A un mètre de l'homme, le loup noir était assis , tel une sentinelle bienveillante. Pas plus loin, une renarde blanche était perchée sur un rocher de glace.
Ils la regardaient tous les trois, sereins, malgré le comportement totalement chamboulée d'Antarcia.

Et à cette constatation, envoyée à terre par les faits et le contexte de la scène, les prunelles froides d'Antarcia lâchèrent la soudaine impression de honte qu'ils avaient absorbée, pour se dépêtre d'une petite, minuscule colère qui renflait petit à petit dans le coeur d'Antarcia.


"Pourquoi est-ce que.. vous êtes encore ici ?"

Qu'il aurait été bien plus poli et reconnaissant de dire un simple merci. 'Oh, mille fois merci , car sans vous, je ne serai pas là pour vous blâmer'. Ou bien 'Merci d'avoir veillé sur moi alors que je suis incapable d'une telle chose même une fois éveillée'. Mais qu'Antarcia dise cela, c'était qu'elle admette qu'on ait voulu lui porter secours. Et le secours, elle n'avait guère le droit d'en recevoir.
Sous le joug de la douleur, qui se faisait de plus en plus pesante au niveau de sa blessure fraiche, ses jambes faillirent. Et ce, malgré tous ses efforts. Dos au mur, elle se laissa petit à petit glisser au sol..accroupie à terre comme une vulgaire folle qu'on eut abandonnée depuis fort longtemps déjà. Elle ébaucha un rictus de mépris sur ses lèvres.
Du mépris pour elle-même..


"Vous n'aviez pas à faire tout cela...vous n'auriez pas du.." avoua-t-elle au jeune homme, avant de lui lancer un regard de reproche. Et cela, suffisait pour montrer à quel point elle avait été touchée dans son égo.

Elle se massa les yeux de sa main convulsée et froide..lâcha un soupir profond, ravalant une plainte liée à la douleur de sa plaie trop tôt refermée.


"Quel culot! Comment peux tu lui adresser la parole de la sorte après tout ce qu.." commença la renarde, hargneuse.
Mais Antarcia la coupa dans son élan, juste en levant son index. Elle ne jeta pas un seul coup d'oeil à la femelle, mais lui parla pourtant..


" Je ne suis pas le genre que l'on borde, ni de ceux en qui on tend la perche. Toute ma vie durant -tout ma vie tu entends?- les gens se sont évertués à m'aider ! J'ai vu le résultat de mes propres yeux. Alors tu te tais! Tu te tais et tu me laisses gérer mon existence."

La renarde quitta son vétuste rocher. Digne et imposante malgré sa petitesse.
Elle s'approcha d'Antarcia..


"Non. J'ai vu dans ton petit jeu, humaine ! La seule raison pour laquelle tu réagis de la sorte, c'est parce que tu te sens faible ! Faible, sans jugeote.. Et qu'au final , c'est toujours les autres qui viennent à ton sec.."

"LA FERME!" grogna Antarcia en silence, blanche comme un linge. Elle grimaça, serrant de plus belle son flanc.

"Tu n'as jamais été capable de te défendre seule. Alors lorsqu'on te sauve, tu as cette impre..."

"TAIS TOI!" Et cette fois-çi , Antarcia cria à voix haute. La respiration sifflante, saccadée, elle serra des poings; fuyant le regard du jeune homme et de son loup. Un goût amer déferla dans sa bouche, tandis que, mâchoire crispée, peine empoignant son être, c'est d'une intonation plombée par la tristesse qu'elle parla à l'adresse de jeune brun :

"Merci. Sans vous, je serais morte à l'heure qu'il est."

Elle se releva alors juste après- d'une difficile entreprise, certes, mais de manière assez fière pour qu'on ne vienne pas lui apporter un peu d'aide-. Et consentit à regarder de nouveau son sauveur..

"Maintenant, vous pouvez y aller; je serai la première à ne pas vous retenir." le congédia-t-elle, avec politesse. Bien que cela sonnait davantage comme un ordre qu'on aurait mal camouflé.

A leurs devants, la renarde blanche grogna.
avatar
Antarcia Orasowl
Infinien~Eternal Snow
Infinien~Eternal Snow

Messages : 34
Date d'inscription : 25/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Peter Ice le Sam 15 Mai - 10:40

Par la bouche de la caverne éternellement ouverte, les flocons s'étaient mis à tomber progressivement. Certains pensaient que la neige tombante était à relier aux larmes de leur déesse impuissante quand un de ses enfants mourrait. D'autres murmuraient qu'ils étaient le reflet des âmes des défunts, les espoirs de chacun et que si nous étions attentifs, on pourrait entendre des rires ou ressentir une chaleur même au dela de ce froid. La température avait encore baissée même si c'était légèrement, on pouvait le ressentir. Tant mieux, un peu de froid ne ferait pas de mal à la banquise craquelée à certains endroits, pour une raison inconnue. C'était comme la raison pour laquelle les Poissons de Fer avec leurs hommes et leur bâtons de feu. On ne savait pas pourquoi ils étaient là. Pourquoi ils détruisaient ainsi un monde de pureté? La jalousie d'avoir perdu leur pouvoir de transformation? La haine d'avoir été banni? On pouvait supputer pleins d'hypothèses mais on ne saurait jamais vraiment laquelle pouvait faire figure de vérité.

En tout cas une chose demeurait sûre. La solidarité était toujours présente dans le clan des Eternals snows sinon pourquoi Peter aurait pris la peine de s'arrêter pour soigner la jeune femme? Remarque c'était bien de sa faute si elle avait falli basculer dans le monde des morts, de sa faute si elle avait failli rejoindre la louve défunte sous le linceul blanc. La solidarité et l'instinct de survie avaient sauvé la vie de la jeune femme. Si quelqu'un avait quelque chose à faire pardonner. C'était bien lui. C'était lui qui l'avait entraîné dans cette aventure risquée. Comment se faire pardonner? En prenant soin d'elle.

Du reste la fiève l'avait, semble t il jeter dans un cauchemard vu comment elle se débattait. Rufus était resté là pour veiller sur elle. Sa couleur noir aurait pu en faire un mauvais ange gardien mais Rufus n'était pas un être profitant de l'état de faiblesse de quelqu'un pour attaquer ou se moquer. De plus, Peter lui avait confié une mission : la protéger contre d'éventuels agresseurs pendant son abcence? Oui mais comment protéger cette enfant contre l'agresseur fantomatique qui lui faisait mal durant son rêve? Il ne pouvait rien faire et quelque part, le grand loup noir s'en sentit fustré. Il n'y avait qu'une chose à faire : tenter de la réveiller. Rufus s'approcha d'elle doucement, il geint doucement, donna quelques coups de museau pas fort. Il ne pouvait pas lui parler comme avec Peter, il ne lui était pas affilé. Il commençait à désespérer de ne pas pouvoir réveiller quand Peter revint.

*Peter aide moi...*


Le jeune homme impassible continua de faire le feu puis murmura à son ami :

«  Tu sais ..Il vaut mieux qu'elle cauchemarde encore un peu..Les cauchemards sont là pour libérer en quelques sorte les souffrances qui nous tenaillent le coeur.. »

Son tuteur l'avait bien laissé cauchemarder. Il avait attendu que celui ci se réveille de lui même puis l'engager à raconter son cauchemard. Peter ne l'avait jamais fait. Il n'aimait pas vraiment parler de ce cauchemard réintérran qui peuplait souvent ses nuits. Il comprenait vaguement qu'il était lié à sa mère.

*Peter! Réveille là où je te mords le fessier!*


Peter se tourna a demi vers le loup noir, un regard un peu blazé. Non pas parce qu'il n'en avait pas envie seulement il ne savait pas vraiment comment s'occuper des autres. Il s'approcha donc au moment où elle ouvrit brusquement les yeux. Il vit avec surprise une flamme de terreur briller dans ses iris qui le dévisagaeient en même temps avec colère. Elle ne l'avait pas reconnu, elle délirait surement à cause de la fièvre. Elle était maintenant collée à la paroie de la caverne, comme une enfant terrorisée s'accrochant aux bras de sa mère. Il resta à une distance respectable :

«  Vous devriez vous recoucher...Vous n'êtes pas encore guérie.. »


une voix douce en rien menaçante voilà ce qu'il prit comme voix. Heureusement la renarde vint à son secours pour rappeler à Antarcia qui il était et pourquoi elle se trouvait là.

«  Tu croyais vraiment que j'allais t'abandonner plus vive que morte? »


cette fois son ton était légèrement amusé puis il reprit plus sérieux :

«  Si je l'avais fait, crois moi, j'aurais eu honte de moi toute ma vie durant. »


Le jeune homme attrapa la couverte tout en marchant vers elle. Non ne voyez pas de romantisme dans cette scène. Il n'y a pas de romantisme quand la mort risque de venir vous attraper quand vous vous attendez le moins. Il s'accroupit à son tour et laissa la couverte enlacer la jeune femme. Il la laissa parler tout comme il laissa la renarde exprimer ce que la jeune femme ressentait. Il demeura silencieux les regardant tour à tour. Rufus revint avec deux poissons dans la gueule, surement pour le dîner. Peter reporta son attention sur la jeune femme.

«  Ne me remercie pas..Ne dis rien, contente toi de vivre tout simplement comme tu l'entends. Je ne suis guère un juge, ni même un sauveteur. Je vis comme j'ai décidé de vivre... »
[/color]
Il eut un sourire discret pas un sourire qui dura une éternité mais assez longtemps pour que la jeune femme puisse le voir.

Peter t'es malade?*

Il prit les poissons, les déposa devant lui. Comme il était respectueux de la vie animale, il prit le temps de prier et de bénir la nourriture apportée. Il se mit au travail , les installant en brochette au dessus du feu. Il se mit à les cuire ignorant la remarque du loup. Non, il était pas malade. Okay, il avait souri mais là lui dire qu'il était malade.

«  Oh fait Rufus....Il faudra qu'on parle de notre quête à tête reposée... Pour le moment, je dois soigner cette jeune femme qui veut me mettre à la porte même si il n'y a pas de porte à une caverne. »

Bon faut lui pardonner son humour foireux car il avait pas l'habitude de plaisanter surtout avec un être humain. Il regarda la jeune femme du coin de l'oeil:

«  Ton poisson tu le veux comment? »


A ce moment la, elle lui faisait penser à une poupée de porcelaine par sa pâleur aussi mais aussi par la fragilité émanant de sa personne. Fragile, certes, mais elle était volontaire, téméraire et pouvait très bien se défendre, dans un combat égale à mains nues ou plutôt à pattes nues, elle n'aurait jamais perdue. Les hommes aux batons de feu avaient triché. Peter reporta son attention sur la cuisson de la nourriture. Ses yeux de glace se perdirent un moment dans les flammes. Il repartit un moment dans le passé, un court instant puis murmura plus pour lui même que pour la jeune femme et rufus:


«  Nous avons tous du noir tâchant nos souvenirs... »

Il n'avait pas connu la violence physique, il avait connu celles des mots, paroles blessantes, injures. Il n'avait pas connu l'amour. Sa mère n'était plus. Son père était inconnu au bataillon. Son tuteur était un homme froid qui pensait que seuls les besoins matériels pouvaient suffire à faire grandir un enfant. Il y avait eu aussi la mise à l'écart, une sorte d'exclusion de lui par le clan. Il était un bâtar après tout et les bâtards ne sont pas digne du clan. Après il s'était lui même fichu à l'écart. C'était un vrai cercle vicieux. Aujourd'hui, pourtant, une rencontre commençait à grapiller ce cercle. Peut être qu'il allait enfin évolué? Qu'il allait pouvoir faire autre chose que tournait en rond sur ce cercle?

Par cette dernière remarque, le jeune homme ne demandait rien en retour. Il ne lui demandait pas de lui raconter son passé. Il émettait seulement une bien triste constatation.
avatar
Peter Ice
Supreme Creator~Ice Men
Supreme Creator~Ice Men

Messages : 109
Date d'inscription : 05/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: bisexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur http://infine.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vent de mort (libre)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum