Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Caym Schijnsel le Lun 3 Mai - 12:23

Général :


Nom : SCHIJNSEL

Prénom : Caym

Age : 24 ans

Sleeping Downien ou Androide?: Sleeping Downien

Métier : Militaire

Arme :

Arme blanche. Caym, bien qu’il vive à Sleeping Down, a toujours préféré l’arme blanche mais bien entendu, il sait se servir des armes à feu et d’ailleurs il est un bon tireur. Les robots ? Très peu pour lui. Aussi vous le verrez le plus souvent muni d’un long sabre qu’il aiguisera et nettoiera avec soin en murmurant « Mälefys », nom qu’il lui a donné.



Santé :


Maladie : Folie légère

Phobies : A tout ce qui est étroit (claustrophobe)




Plus particulièrement :





Nom de code : Mälefys
Taille : 1.78 m
Poids : 70 kg
Groupe sanguin : O-



Thème


Physique :


Une peau pâle, délicate recouvrant des muscles fins, un corps parfaitement imberbe mais marqué par les cicatrices de dures batailles, le temps a bâti cet homme à la beauté singulière, faisant de lui un véritable poison. De ce visage enchanteur aux traits empreints d’une animosité certaine, se détachent deux iris ambrés, contrastants avec le noir profond de ses cheveux retombants sur les prémices de son cou.
Dissimulé derrière un large bandeau de tissu, l’œil gauche ne voit plus depuis ce jour, malade de cette cécité qui ne fait qu’accroître son désir de haïr mais le regard reste perçant, pénétrant et déconcertant.
Les lèvres, elles, s’étireront souvent en un sourire perfide et avide d’une vengeance éperdue, dévoilant des dents blanches dont les canines sont légèrement proéminentes. Car les mains, masculines, connaissent le sang et les armes. Elles ont beau paraître pures mais elles sont telles que celles de la Grande Faucheuse.
Il tente de sa démarche agile, de ses pas de velours, de sa force physique et de caractère ; le poison est mortel mais si l’apparence est désirable, vous frotter aux épines de cette fleur risquerait de vous blesser.
Les uniformes recouvriront souvent ce corps blessé, aussi, il sera rare de le voir vêtu de manière civile ; pourtant il paraît bien moins effrayant et perturbateur. Les vêtements amples lui siéront alors à merveille, le jaune et le violet étant ses couleurs dominantes.



Etat psychologique :


Blanc ou noir ? Non, gris… Non, blanc et parfois noir. Instable est l’esprit du jeune homme, dérangé par une légère folie. Traumatisme suite à sa blessure ? Il se pourrait bien. Mais n’est-elle pas due à ces « profanations » envers les autres infiniens ? Caym n’est en aucun cas quelqu’un de calme, vociférant à la moindre remarque douteuse à son égard. S’il sait obéir aux ordres de sa hiérarchie en tant que bon soldat, il demeure incontrôlable lors de ses accès de colère.
Il ne connaît pas vraiment la douceur, ayant appris à haïr les « autres », ceux qui vivent en harmonie avec la faune et la flore, crachant son venin sur eux. Il sait rire et sourire, mais seulement ceux-ci ne sont pas ceux d’un ange. Il n’est pas bien difficile de distinguer cette légère démence car son comportement reste instable, particulièrement accru lorsqu’il est en proie à sa phobie : la claustrophobie.
L’amour ? Ce mot est presque complètement banni de son vocabulaire à force d’avoir vécu dans le camp militaire et ne lui demandez pas de vous en donner la définition, il vous répondra un non-sens.
Caym est un oiseau blessé, refoulant ses émotions car elles sont, pour lui, synonyme de faiblesse. Rien ne serait plus humiliant que de se faire prendre en pitié, de lui tendre une main ou le consoler ; sa fierté en prendrait un coup considérable. Rester dur envers lui serait la « meilleure » des choses à faire car seule la brutalité lui procure la sensation d’être vivant.



Biographie :


« Je suis dans une cage, je suis en prison et même si je ne suis pas en laisse, je reste derrière les barreaux. J’étouffe dans le noir, replié dans cet espace, contraint à chercher mon souffle, à chercher de l’aide parce que j’ai peur. Je crie mais ma voix ne sort pas. Personne ne m’entendra parce qu’il n’y a que moi et moi ; il n’y a que mes yeux qui ne voient pas, il n’y a que mes mains qui ne touchent pas, il n’y a que mes jambes qui ne bougent pas. Je reste assis dans mon monde intérieur et je me replie parce que je n’ai d’autre choix que d’être ainsi. Je ne suis pas fou, je suis juste incompris mais dans mes délires, personne ne me suit. Alors je ris, je souris et je maudis. Je vous hais, mourrez, crevez tous autant que vous êtes et j’aurais la paix. »


Je déteste parler de moi, et je n’aime pas dire « je », parce que « je » se rapporte à moi et parler de moi est me dévoiler. Pourquoi est-ce que je devrais le faire ? Pourquoi est-ce que ça vous intéresserait ? Ce que je suis aujourd’hui reste pour certains un grand mystère parce que je suis un mystère. Je suis un mystère depuis toujours car on ne sait d’où je viens et qui je suis. Ceux qui m’ont élevés n’étaient déjà que des hommes corrompus jusqu’à la moelle, mais ne leur dites pas ça, parce que de toutes les manières, vous aurez tord. Ne me le dites pas non plus, parce que je rirais en vous criant que vous êtes cinglés.

Je ne me rappelle de rien, et pourtant on dit que les nourrissons peuvent se rappeler de l’odeur, de la texture et des émotions qu’ils ont ressenties, comme la peur. Moi, je ne me rappelle de rien. Tout est flou et confus, si bien que je ne peux pas en voir les contours. J’ai cru entendre ou connaître des rires, des rires forts et du bruit mais quand on est petit, on ne connaît pas la raison. J’ai pleuré, souvent, et je crois qu’on s’inquiétait parce que je ne me calmais pas, les vieux me l’ont dit, que j’étais insupportable. Je suis un garçon après tout. Ca s’est passé comme ça pendant un moment jusqu’à ce que je commence à y voir plus clair. Cette fois, il y avait quelques contours, je pouvais ramper, commencer à courir même si je tombais, commencer à saisir même si j’étais encore maladroit.

Je ne sais pas combien de temps cela a duré mais j’ai fini par grandir, toujours dans cette ambiance étrange. Je n’ai jamais appris ce qu’était le mot « maman » et j’appelais « papa » chaque homme que je croisais dans cet endroit. Je l’ai compris bien plus tard, que j’étais dans un camp militaire. Croyez-vous que c’était une bonne éducation que d’être ici ? Croyez-vous que si j’avais été comme tout le monde, j’aurais pu ne pas finir ici ? Croyez-vous que j’aurais pu ne pas détester ceux-là ?. Moi, je n’en suis pas sûr. Parce que je suis persuadé que je suis né comme je suis et que c’est entièrement de leur faute si je fais partie de ceux qui ont été chassés. Je ne suis qu’un simple humain, je n’ai rien demandé à quiconque. Alors j’ai un cœur noir ? C’est pour ça que je ne suis pas comme eux ? Je ne sais plus trop, après tout, je n’ai jamais connu ce qu’on appelle les parents, et c’est sans doute à cause de leur imbécillité que je ne suis qu’un humain. Oh, mais il paraît que la couleur de mes yeux sont étranges. Je ne les ai jamais vu étranges, ils sont ambrés, comme ceux d’un animal. Et alors ? Alors j’aurais pu, ou du moins ceux de ma génération, être un rapace. Mais… Je ne suis qu’un humain. On ne peut plus revenir en arrière, hein ? Donc arrêtez de me comparer à ces être primitifs. Pourtant je les envie terriblement, à tel point que j’ai envie de les faire souffrir. Alors j’ai combattu. Ce n’était pas étonnant de combattre alors que j’ai toujours vécu dans cette base mais finalement j’ai fini par avoir peur, par me sentir enfermé et oppressé. Il fallait qu’on me maltraite pour que je me sente vivant, et en me battant, j’étais utile. Je ressentais des émotions fortes, mon pouls s’accélérait, l’adrénaline montait, j’avais le sourire aux lèvres… Parce qu’être enfermé me faisait peur. Je hais les petits pièces ; les chambres étroites dans lesquelles je peux sentir mon souffle, je ne peux pas. Je ne sais pas d’où me vient cette appréhension terrible, mais je suffoque, je transpire, je hurle, je deviens fou et je me replie, mes mains s’accrochent à mes cheveux et je tremble, je me sens mal, je m’évanouis. C’est ça, la claustrophobie ? Elle est arrivée si subitement, comme ça…

Le temps passait terriblement vite, si bien que je ne me souviens plus quand est-ce que ma voix avait mué, quand est-ce que je me suis développé et que je suis devenu un homme. J’ai connu les joies du sexe, avec les hommes et les femmes, soumis par jeu mais dominant par nature, je déteste qu’on me commande. Mais ici je n’ai pas le choix. J’aime jouer et provoquer et, après la guerre, le sexe est une de mes activités favorite. Prenez-moi pour un débauché, je vous révèlerais votre côté impur. On est tous pareils, fou ou non, on a des envies.
Fou ? Je ne le suis pas, mais certains disent que je ne vais pas bien. Pourquoi je n’irai pas bien ? A cause de cette blessure à mon œil ? Ca aurait pu toucher quelque chose à ma tête ? Vous ne comprenez rien. Ne pas être blessé à la guerre relève du miracle. J’ai des cicatrices plein le corps et maintenant j’ai perdu mon œil, je ne vois la vie qu’à moitié. Ca aussi, c’est de leur faute. Pourtant, malgré la douleur, j’ai ris à en hurler, voyant mon propre sang me tâcher les mains. Je suis vivant après tout, hein ? Quand on a mal c’est qu’on vit, je trouve ça rassurant. L’amour ça ne veut rien dire, ça ne sert à rien. Le seul amour que j’ai, c’est cette arme, cette longue épée servant à blesser les autres : elle s’appelle Mälefys. C’est un joli nom n’est-ce pas ? Elle, au moins, ne me trahira jamais. Je la guide comme elle me guide, elle m’obéit et me donne du plaisir. Avec elle, je suis moi-même, elle ne me dira jamais rien si je ris ou je pleure, alors je m’occupe souvent d’elle en lui murmurant son nom…

Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Continuer mon chemin jusqu’à ce que je tombe encore une fois sur un infinien d’origine. Je crois que je n’ai pas d’échappatoire et que je suis condamné à vivre cette même vie. Ca ne me déplaît pas mais ça ne me plaît pas non plus, juste des fois. J’en rencontrerai un, et je lui dirai ce que je suis. Pendant ce temps-là, riez bien, jusqu’à ce que je vous arrache le bonheur que vous m’avez volé. Mais je ne veux plus parler de moi, parce que vous en dire plus vous rendrait malade. Restez ce que vous êtes et s'il le faut, ignorez mon histoire, vous ne pourrez que mieux vous porter.



Qualités : Entier, honnête, digne de confiance, ambitieux

Défauts : Impulsif, provocateur, dominant, asocial




Sur le forum :


Que pensez vous de l'histoire? Originale.

Une suggestion de groupe? Aucune.

Aimez vous le design ? Bien sûr.


Dernière édition par Caym Schijnsel le Ven 7 Mai - 21:02, édité 5 fois
avatar
Caym Schijnsel
sleeping Down~Others
sleeping Down~Others

Messages : 15
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 32
Localisation : Là où je suis.

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Bisexuel
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Kyle Gainsborough le Ven 7 Mai - 4:22

Bienvenue !!


Belle fiche !! ^^

Je te valide !

( En espérant que tu avais terminé ^^' )

Bref, amuse toi bien parmi nous, surtout ! =)

_________________
avatar
Kyle Gainsborough
Wakaru deshou ?
Wakaru deshou ?

Messages : 26
Date d'inscription : 12/04/2010
Age : 29

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Bisexuel
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Caym Schijnsel le Ven 7 Mai - 11:33

Je ne l'avais pas terminée, mais maintenant c'est fait! Il manquait 70% du contenu de l'histoire. (Mais c'est de ma faute j'avais oublié dele préciser)


Dernière édition par Caym Schijnsel le Ven 7 Mai - 15:12, édité 1 fois
avatar
Caym Schijnsel
sleeping Down~Others
sleeping Down~Others

Messages : 15
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 32
Localisation : Là où je suis.

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Bisexuel
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Svend Winkler le Ven 7 Mai - 14:11

Ah..gomen !

J'avais un pressentiment, mais tu peux mettre le reste, ne te gêne pas quand même. ( Je suis peut-être trop habitué a ce que les membres écrivent " en cours" ou " U.C " et qu'ils l'enlèvent dès qu'ils ont terminés. ^^' )

Je te demande pardon !!! Sincèrement ! Quel mauvais admin que je fais ! T.T

_________________
avatar
Svend Winkler
God of Kingburn
God of Kingburn

Messages : 19
Date d'inscription : 24/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Bisexuel
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Caym Schijnsel le Ven 7 Mai - 14:59

Oh non, ne t'en fais pas, c'est justement parce que je n'ai pas mis ce fameux "en cours" que je mets tout le temps d'habitude! En même temps vous ne pouviez pas trop deviner! Mais elle est terminée depuis... 12h30 par là! Merci pour la validation rapide : D.

Alors à bientôt!
avatar
Caym Schijnsel
sleeping Down~Others
sleeping Down~Others

Messages : 15
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 32
Localisation : Là où je suis.

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Bisexuel
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caym SCHIJNSEL ~ La Folie Militaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum