La routine se brise au contact de la neige. [Pv Raitei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La routine se brise au contact de la neige. [Pv Raitei]

Message par Antarcia Orasowl le Ven 14 Mai - 15:55

Les temps étaient bien incertains... On donnait cette explication pour entourer, sur la carte des mystères, le problème qu’on ne semblait pouvoir réellement résoudre.
Et cela se disait partout, et à tout bout de champs.


"Tu sais, les temps sont incertains mon cœur." chuchotaient les mères à leurs enfants, lorsque ces derniers montraient une étrange fumée noire dans le ciel de leur petit index – minuscule doigt pour désigner une immense tache, qu’un coup de chiffon n’aurait fait qu’étaler.

"Ooooh je crois bien que l’ère d’avant, bah elle disparait petit à petit mon ami !" maugréaient les vieillards habitués à s’assoir sur leur banc, tandis que le bruit des machines faisaient fuir les chouettes arctiques.

" L’incertitude a mangé les animaux, Antarcia" avait même lâché un renard.

Quand le soir tombait , lorsque , juste après avoir soupé de tout son saoul, on ouvrait la porte pour regarder les étoiles ; on y trouvait alors toujours une trace de la chape sombre qui avait mordu la voûte durant la journée. Et ca zébrait les cieux, ça posait un drap sombre sur les rêves et les lunes, ça vous montrait que les 'colons' avaient un peu planté leur drapeau au sol.
Cela envoyait aussi un message parlant, criant de vérité. La vérité qui disait que, plus jamais, il ne serait possible de voir les constellations comme avant.

Mais le pire dans tout cela, ce fut qu'Antarcia n'avait guère changé de ses habitudes. Sur la place de la ville froide, les murs des igloos centraux donnaient l'impression de se refermer sur une populace bien chaussée dans ses souliers de coutume. Les vendeurs envoyaient des coups de bâton contre les bannes de leur boutique, dans le but de faire tomber le givre qui s'y était installé. Le plus vieux des badauds de la ville avait allumé sa pipe, mains dans les poches, ses yeux de vautours balayant l'artère centrale. Endroit où certains animaux commençaient déjà à vagabonder, accompagnés ou non d'humains qui se hâtaient..de ci- de là.
Le cours de la routine voguait sans un coup d'oeil en arrière, se foutant royalement des différents changements qui s'opéraient à des kilomètres. Et Antarcia était partie en pleines emplettes.

Trifouillant dans son sac, les sourcils froncés, elle percuta son septième passant. Son long manteau noir trainait légèrement au sol et ses cheveux, parsemés de flocons, étaient un peu emmêlés.
Quelques minutes à peine, qu'elle campa face à un des multiples stands du marché ayant pris possession des lieux..comme chaque matin.


"J'aurai besoin de.." dit-elle à l'adresse du vendeur tandis qu'elle baladait toujours sa main à l'inférieur de sa sacoche. Elle en sortit finalement un petit bout de papier qu'elle colla contre son nez, comme si elle lisait un texte pour la première fois.

"...deux kilos de farine et...d'un..d'un couteau d'office ?" récita Antarcia. Elle eut la mimique de regarder au dos du papier, pour s'assurer que la note s'arrêtait là.

Le vendeur sourit de toutes ses dents, navré face à la bourde d'Antarcia.


"Jeune demoiselle, la farine je veux bien..mais chui pas un marchand de couteau moi."

A la fin de sa phrase, il se retourna et chipa un gros sac en lin. Le comptoir sembla trembler lorsqu'il posa les deux kilos de farine par dessus. Puis, il ébaucha ce petit sourire au coin des lèvres..comme de ceux qui s'apprêtent à faire une fleur au client. Son gros visage joufflu fut tracé d'un clin d'oeil mutin et, sans quitter des yeux la jeune femme, il passa sa main sous la plateau d'accueil.

"Mais faut bien que je découpe les fruits à montrer aux clients hein?" Tenez c'est pour vous mademoiselle." Et à ces mots, il lui tendit le manche d'un couteau d'office.

"Combien je vous dois pou..."

"Laissez, laissez!" coupa-t-il, en levant sa large paume. "C'est offert, payez moi juste la farine et ca ira."

Bien à sa veine, Antarcia , remerciant silencieusement l'homme, paya son du..et ne demanda pas son reste. Petit couteau au fond de sa poche intérieur, sac à bout de bras, elle quitta le marché et son bourdonnement incessant. Une bande de gamins la frôlèrent, in-extrémis; jouant le rôle de leurs animaux respectifs ; petites jambes recouvertes complices d'une course effrénée.

Antarcia ne put s'empêcher de sourire. L'innocence et la naïveté, étaient deux parties qu'elle n'avait plus brandies depuis longtemps. Cela lui manquait un peu, elle devait l'avouer. Ses bras se détendirent un peu, tandis qu'elle suivait de ses prunelles glacées les enfants..puis

Paf. Quelqu'un la bouscula. A peine, rien qu'une petite boutade. Mais assez pour que le sac de farine se dérobe. Antarcia tendit ses mains, par pur réflexe...mais le sac, manifestement mal fermé, chuta et lâcha son contenu sur les pavés neigeux. Blanc étalé par dessus du blanc, Antarcia étouffa un juron et se pencha en avant.

Si elle avait été un peu plus attentive, elle aurait pu voir que le passant l'ayant bousculée, n'avait pas repris son chemin.


avatar
Antarcia Orasowl
Infinien~Eternal Snow
Infinien~Eternal Snow

Messages : 34
Date d'inscription : 25/04/2010

Qui suis je?
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle
Quêtes/RP:
Relations ennemies/ parentées/ en couple avec:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La routine se brise au contact de la neige. [Pv Raitei]

Message par Raitei le Dim 16 Mai - 12:35

Voilà il avait franchi l'interdiction formelle de quitter l'Ile et le Royaume des Waterdanses. Il s'était levé plus tôt que les autres. L'aube avait à peine commencer à s'étaler sur la nuit que le jeune homme avait ressenti le besoin pressant de partir. Repoussant les draps blancs, après une nuit à faire toujours ce même rêve, il avait filé se laver dans les profondes adoptant la forme de son animal affilé pour ce moment de pure communication avec son milieu. Sentir l'eau courir sur sa peau, ne faire qu'un avec elle, il en avait frémi de plaisir. Il pouvait sentir le doux toucher de cette humidité, comme si il était un signe d'étreinte maternelle. Enfant béni, Enfant maudit, à peine encore entré dans l'âge adulte, il tenait tant bien que mal de servir son peuple. Mais quand ses prédictions étaient mauvaises alors il était bien vu comme responsable des maux. Combien de soupirs avaient il retenu? Il avait cessé de compter.

Une fois lavé, habillé, il se munit de son bocal afin d'emmener son ami pendant ce périple. Il ne se perdrait pas, il suivrait le vent, les goutelettes des nuages lui montreraient le chemin à prendre. Il sortit à pas feutrés, ombre furtive se glissant hors du village marin. Puis il se mit à marcher sur l'eau, ne jetant pas un dernier coup d'oeil au village pêcheur qui avait pris possession de l'île. A quoi bon? Il était aveugle après tout alors il ne pouvait pas voir le soleil faire briller la rosée du matin. Il ne pouvait pas voir ce spectacle rieur de ce jeux d'ombres sur le sable. Ses pieds étaient mouillés mais il était bien. Il savait que ,ce qu'il faisait, était pour le bien de tous.

Des kilomètres furent parcourus, il reconnut la sensation du sable sous ses pieds, de la terre poussièreuse.

Raitei, on aurait peut être du emmener quelqu'un avec nous? *

Raitei haussa des épaules

«  Mouais si on l'avait fait, on ne serait jamais parti. Et qui voudrait m'accompagner, se tenir à mes côtés à part toi? »

L'hippocampe émit une sorte de hennissement fatidique. Il ne pouvait rien dire ou même affirmer quelque chose pour remonter le moral de son ami.Les kilomètres continuaient à être avalé à lente vitesse. Le soleil ne frappait pas la terre d'une douce chaleur. Même présent, il semblait que la terre se rafraichissait. Il sentit bientôt une sensation de poudre sous ses pieds : la neige.Il en reconnut aussi le fruissement quand il s'enfonçait en elle. N'étant pas vraiment habitué à cela, il manqua plusieurs fois de se vautre par terre. Il perçut aussi des auras chaleureuses. Manifestement, il était entouré de personne. Il était sans doute arrivé près d'un endroit habitué. Puis se fut l'explosion d'un brouhaha, un vombrissement de voix de marchands ameutant les gens pour vendre leurs produits puis celles des acheteurs farfouillant dans leur sac afin d'échanger un objet contre un autre. Le plus souvent, les gens venaient faire du troc pour de la nourriture. Il tenta tant bien que mal de se frayer un chemin parmi la foule. C'était un slalom dont le jeu consister à éviter d'entrer en collision avec quelqu'un.

Attention Raitei, une homme droit devant...Tourne à gauche , Raitei et fais gaffe aux gosses*

lui disait l'hippocampe par télépathie l'avertissant de danger iminant. Mais on sait bien comment tout arrive bien vite. C'est comme quand on était en été, au moment des soldes, il faut réussir à se débattre dans le tourbillon de la foule et au final, on finit toujours pas bousculer, sans le vouloir quelqu'un. Il percuta quelqu'un , malgré le cri de son ami

*Raitei Attention la fe....*

Trop tard. Tout alla très vite, il se sentit partir en avant , la sensation de percuter un dos. Il n'eut pas le temps de s'excuser de sa maladresse. Ses yeux morts venaient de rencontrer une autre vision,là dans l'eau figée sur laquelle il avait glissé. Une vision cauchemardesque le prit aux tripes, l'avalant dans un tourbillon de sensation. Son coeur battit la chamade, son regard se voilà d'une terreur et mêlée de stupéfaction. C'était une vision non pas concernnat la jeune femme qu'il venait de percuter mais concernant la personne qui l'avait bousculé. Le blanc de la neige semblait avoir volé pour se glisser sur son visage. Il n'eut même pas conscience de se faire hurler dessus par le marchand :

«  Bravo! D'où est ce que tu sors! Tu viens de gâcher de la farine! T'es fier de toi sale gosse! Eh oh, je te parle! Qui va rembourser la jeune femme? Toi étranger?!!! T'as l'air de ne rien voir pour.. »

Les injures se glacèrent sur la bouche du marchand scellant ce qu'il aurait pu balancer comme idioties. Raitei avait levé les yeux dans ceux du marchand. Le marchand s'aperçut alors de sa bourde. Non seulement il crut que Raitei était éffrayé par lui même, il s'aperçut aussi que le jeune homme était aveugle. La foule présente dévisagea le jeune homme.


*Raitei faut se barrer! Ils vont comprendre qui tu es!*

Trop tard, tels des tentacules , il sentit des mains venirent le toucher, l'enserrer, s'aggriper à lui lui arrachant presque ses vêtements.

«  Il a le don! Ca doit être un qui a le don! »

« Une vision! Dis nous notre avenir! Dis »

c'était entremêlant de voix qui lui vrillaient le cerveau, le paralysant sur place. Parmi tous ces envieux cherchant à capter l'avenir, il sentit qu'une personne ne participait pas à cette sorte de sauvagerie. D'un regard, il chercha à l'appeler à l'aide. Il ne prit pas conscience que la faim lui tenailler le ventre. C'était elle qui avait guidé ses pas vers le marché. Il avait senti les odeurs de poissons grillés et autres viandes aléchantes. Maintenant, il ne pensait qu'à une chose : se mettre à l'abri.

_________________
Et un rugissement de colère bouffera le monde.....
avatar
Raitei
Infinien~WaterDanse
Infinien~WaterDanse

Messages : 10
Date d'inscription : 03/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum